Elles m’inspirent 1

Aujourd’hui j’aimerai partager une histoire avec vous.

Il y a deux semaines je prenais Carole en covoiturage pour un trajet de 3h. On a eut le temps de papoter. C’est une femme superbe et inspirante.

Le covoiturage c’est merveilleux on rencontre une personne et ça bouscule tout ce que l’on prenait pour certitudes .

Notre rencontre est arrivé à un moment de ma (courte) vie de blogueuses où je me demandais ce que je pourrai vous apporter concrètement. À vous qui me lisez, régulièrement ou pas, mais qui cherchez l’inspiration pour une vie plus épanouie.

Je commençais à me dire que partager mon exemple à moi était vraiment réducteur. Être épanouie pour moi c’est voyager, c’est vrai. Mais pour vous, pour pleins d’aures femmes ce n’est pas toujours ça.

Et des femmes épanouies j’en ai déjà rencontrées quelques unes depuis le début de ce voyage. Mais avant Carole je n’avais pas compris que je devais partager ces rencontres avec vous.

Grace à elle j’ai compris que la liberté n’est pas toujours partir à des milliers de kilomètres en foutant tout en l’air derrière soi.
Et c’est important pour moi de vous le dire.

Parce que dans ce blog je vous partage mon expérience, mes décisions, mais je suis un exemple parmi des milliers, des millions, des milliards !!! Il y a autant de vie épanouie possible qu’il y a de personne sur Terre.

Alors cet article est le premier d’une grande lignée qui débute. J’ouvre une nouvelle rubrique d’article dans lesquelles je vais vous partager l’histoire de femmes qui m’inspirent, qu’elles le sachent ou non.

Carole

Carole ou l’art de choisir la voix de son coeur.

Sa vie c’était une partition de musique. Elle avait baigné dedans toute sa vie. Une famille de musiciens… à l’âge où on se rebelle elle ne voulait pas suivre le chemin qu’on lui destinait. elle s’est lancé dans des études qui la mènerait vers un métier tout autre que musicienne.

Mais comme toutes les étudiantes il fallait bien qu’elle se trouve un boulot pour financer ses études.
Que pouvait elle faire?

Que savait elle faire?
Elle connaissait la musique, elle pouvait donner des cours et de toutes façons elle continuait le conservatoire.

Un jour lors d’un stage d’alto c’est le coup de foudre. Elle tombe amoureuse de la sonorité.

Tant pis pour la rebellion c’est son coeur qui parle. Elle ne peut abandonner cet instrument. Il faut qu’elle en joue, tous les jours, le plus souvent possible. Ça ne pourra pas rester qu’un hobby. Elle n’en serait pas heureuse.

Les choses se sont enchaînés et elle est aujourd’hui prof de violon. Son temps est partagé entre les cours qu’elle donne aussi des concerts selon ses bons vouloir.

Carole est tout sauf esclave de son art. Elle joue pour le plaisir uniquement.

 

À celles qui pensent que ELLE elle avait la chance d’avoir baigné dedans je réponds ce qu’elle m’a confié.

Le talent n’est rien sans travail. La persévérance et la motivation ont été la clé de ce rêve que je vis aujourd’hui. Vivre de mon art.

Aujourd’hui elle voyage grâce à ses talents, donne un petit concert lors de croisière de temps en temps. Un travail plaisir vacance avouez que ça fait rêver!!!

Quand j’ai rencontré Carole elle était heureuse, amoureuse, passionnée, mère de deux enfants, elle vivait de sa passion, elle était libre!! Et inspirante.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *