Joie intérieure

Cet article, il fallait que je l’écrive, il fallait que je le dise un jour. Pas pour le crier au monde mais parceque le silence tue. Il m’a consumé et j’aimerai que d’autres n’attendent pas si longtemps que moi pour parler, et pour renaître.

Il y a 15 ans, j’ai perdu quelqu’un.

Une personne incroyable, ma meilleure amie!! Une nana géniale que j’ai recherché tous les jours depuis !! Mais vous savez quoi? Je l’ai enfin retrouvée et elle a changée ma vie. Je vous raconte?

Quand on passait nos journées ensembles, c’était une petite fille souriante, elle ne marchait pas, elle courait, sautait, escaladait.

C’était une rêveuse.

Un jour elle était persuadée qu’elle arriverait à voler et s’est élancée d’un petit muret au moins 500 fois de suite pour y arriver.

Elle aimait la nature aussi,

Un jour elle tenu tête à un monsieur de l’entretien publique pour qu’il laisse les feuilles mortes dans le parc. Parce qu’elles pouvaient nourrir le sol lui a t elle expliqué! Mais lui s’en fichait. Laisse moi faire mon travail lui a t il répondu.

Cette petite était courageuse!!!

Un jour elle a découvert un passage sombre sous son immeuble, nous y sommes allé avec deux copains et une autre copine! Et ben les garçons étaient tout peureux et se renvoyaient la balle pour savoir qui irait en premier. Alors elle est rentrée dedans avant tout le monde!!! Même pas peur cette petite!!! Ils se sont retrouvés bien bêtes les garçons.

Elle était bien plus forte que beaucoup de garçons.

Quand une fille se faisait embêter c’est elle qu’on venait appeler à l’aide. Elle leur tenait tête.

Un jour un garçon a demandé aux filles de faire la queue pour qu’il choisisse sa nouvelle amoureuse (le premier speed date? ) et ben elle estimait que ça rabaissait les filles!! Alors elle a dissous la file de fille et sans ménagelent, elle a été lui dire ce qu’elle pensait de son initiative. Il s’est excusé auprès de toutes les filles de la récré après.

Cette petite savait se défendre.

Un jour un garçon a voulu la forcer à l’embrasser, comme elle était redoutée il a demandé l’aide de deux de ses copains, chacun lui tenait un bras. Elle avait à peine 10 ans, elle lui a propulsé un coup de genou très bien placé !! Et elle a mordu au sang un des pote qui lui tenait les bras!!! C’était l’hiver, il portait une doudoune…

Elle savait se défendre je vous dis!!!

Me ce jour là la punition a été pour elle. Le prof lui a dit de copier 100 fois, » je ne mord pas mes camarades, je ne suis pas un animal sauvage » ( connard de prof!!! )

Alors, elle a pris la lionne en elle et elle est partie…

C’est depuis ce jour là que je l’ai vu peu à peu disparaître.

Elle a cru qu’elle n’avait pas le droit d’exister. Elles a cru qu’une jeune fille n’avait pas le droit de se défendre.

Et le problème c’est qu’il y’en a eut d’autre des épisodes de ce genre. Des gens qui lui ont sommé de se taire. Des gens qui ne l’ont pas cru. Des gens qui lui ont demandé de se calmer. Des gens qui lui ont dit que ça ne servait à rien de s’énerver. Ces événements, je ne les connais pas tous, elle me les a caché, elle a préféré en oublier certain.

Mais quoi qu’il en soit jour après jour elle a rigolé moins fort, moins souvent. Elle a pris moins de risque, elle a arrêté de défendre les autres. Sa voix ne portait plus. Elle ne savait plus se faire entendre.

Jusqu’au jour où…

Ce jour là, au fond de son lit, face à lui, elle a été incapable de crier, ce jour là elle ne s’est pas défendue. Ce jour là elle a quitté son corps car la vérité était trop difficile à regarder, à vivre, à accepter. Ce jour là il n’y avait personne pour la défendre, même pas moi. Ce jour là elle a disparu. C’était ce jour là je crois.

Et pendant environ 15 ans je ne l’ai plus entendue. Je la croyais disparue. Mais elle était simplement murée dans le silence.

Cette petite fille c’est ma joie intérieure.

C’était ma meilleure amie. Mon vrai moi. Mon moi régis par ma vraie lucie, ma vraie lumière. Elle a été détruite par un jeune garçon, un homme, la société, le machisme, le prétendu pouvoir de l’homme, les préjugés sur ce que dois être une gentille petite fille…

Du moins c’est ce que je croyais.

Car vous savez quoi?

Il y a environ 1 an j’en ai vraiment parlé à mes parents, mes frères, cette discussion m’a libérée d’une certaine manière. Mais ce n’est que depuis j’ai exprimé la tristesse et la colère accumulée d’une vie . Depuis que je les ai laissé partir. Depuis que j’ai accepté de m’exprimer en vrai. Ce n’est que depuis lors que la joie renait en moi , je renais!!

Ma meilleure amie est de nouveau avec moi.

Hier, j’ai refait de la balançoire, et j’ai ri, j’ai ri. Hier je me suis reconnectée avec moi même, celle que je suis vraiment.

Quand j’étais là haut, que je planais, j’ai reconnectée avec mon enfant intérieur, et j’ai ris, j’ai ris pendant plus de deux heures.

Car elle et moi, aujourd’hui, nous ne faisons (enfin) qu’un .

Je m’appelle lucie, mon prénom signifie lumière, j’ai 30 ans, je suis une femme qui a subit des abus. Je suis une fille qui s’est tue. Je suis une femme qui aujourd’hui fait entendre sa voix. Je suis une femme qui prends aujourd’hui le droit d’exister, de briller. Je suis une femme qui demande pardon à sa joie intérieure de l’avoir prise pour responsable.
Je m’appelle Lucie, je suis une femme heureuse et joyeuse, j’aime rire, courir, sauter, crier. J’aime faire des blagues et partir à l’aventure. J’aime prendre des risques et ne pas réfléchir. J’aime la nature, la planète et tous ces êtres vivants. Je suis une optimiste, heureuse, courageuse, voyageuse. Et je ne m’en excuserai plus. Je ne croirai plus jamais que mon comportement, que ma joie intérieure ai pu être un laissé passé au bafouement de mon corps, de mon être.

Je m’appelle Lucie, ça veut dire lumière. Et aujourd’hui, je suis prête à briller de nouveau et pour toute ma vie.

Cet article je le dédie à toutes les femmes, toutes les petites filles qui font taire leur joie intérieure parcequ’un homme, un garçon, un jour, leur a fait croire que leur parole ne valait rien. Que leur voix ne portait pas. Que personne ne les écouterait. Qu’elle n’avait pas le droit d’exister. Exprimez vous, parlez, partagez avec vos proches.

Cet article j’aimerai que vous le partagiez, que vous en parliez à tous les pères, tous frères, tous les hommes, tous les garçons que vous connaissez, pour qu’ils fassent attention à ne pas détruire une petite joie intérieure en faisant comme si sa voix ne valait rien.

 

Crédit photo : myself and pixabay.com

2 commentaires

  1. Waw. Merci pour cet article magnifique. j’en ai eu la chair de poule… Merci de vivre pleinement, de dire que NON, personne ne peut, n’a le droit de nous changer contre notre gré jusque parce que ça ne lui plait pas. Nous avons le DROIT d’être nous et entièr.es, vivant.es, rayonnant.es <3

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *