Le jour où tu comprends qui tu es vraiment.

Il y a un mois, un processus s’enclenchait en moi. Je touchais du doigt une vérité, une connaissance de moi même jamais atteinte avant. Mais ce jours là j’ai réalisé que je ne ferai plus jamais marche arrière. Et cela signifiait qu’il fallait vraiment dire aurevoir…

Apprendre à me connaître, voilà quelle était ma quête. Même si je n’en était pas consciente.

Vous avez dû le remarquer depuis quelques semaines je suis vraiment silencieuse.
cela fait un bail que je n’ai rien publié.
La raison de ce silence c’est que 2 milliards d’émotions m’ont traversées depuis un mois.

Concrètement cela fait déjà plusieurs semaines que je ressens que quelque chose se termine et que quelque chose de nouveau débute. Mais commencer cette nouvelle étape signifie que je ne pourrai plus jamais revenir en arrière.

Quand j’ai débutée mon aventure je me rassurais en me disant que de toutes façons je pourrai toujours rentrer. Mais la vérité quand on change de vie, il arrive un moment où l’on se rend compte que ce changement est définitif et qu’il signifie dire au revoir à son passé.

Pour moi, cela signifiait dire au revoir à la personne que j’avais fait semblant d’être depuis tant de temps , dire bonjour à la vraie Lucie, faire connaissance avec moi-même.
Mais aussi dire aurevoir à certaines personnes qui ne reconnaissait pas la personne que j’étais devenue.

Et c’est pour cela que depuis quelques semaines j’ai gardé le silence. Ce silence a été important pour moi car il m’a permis de faire mon deuil, il m’a permis de dire au revoir dans ma tête et dans mon cœur.

Ce moment était pour moi rempli de tristesse.

Mais comment se connaitre si on ne cesse de se voiler la face, si on ne s’écoute jamais?

La tristesse c’était une émotion que je ne voulais pas voir, une émotion que je trouvais indigne est incompatible avec la joie de vivre. La tristesse de quelqu’un autour de moi pouvais me mettre en colère, je la trouvais toujours justifiée, ou alors j’essayais par ma joie et mon rire de faire taire ce sentiment noir.

Alors quand la tristesse a envahi mon esprit il y a quelques semaines je me suis au début muré dans le silence. Je ne voulais pas reconnaître sa présence. Je ne voulais pas comprendre son origine.
Et puis j’ai eut au téléphone une amie très chère à mon cœur, une amie qui est toujours là pour m’écouter et qui a toujours le mot juste. Comme cela faisait plusieurs jours que j’avais des vertiges je lui en ai parlé et elle m’a confirmé ce que je savais intérieurement. Mon corps avait un message à me faire passer et je ne voulais pas l’écouter. Elle m’a dit qu’elle avait fait une séance d’open floor peu de temps avant et combien ça avait été libérateur pour elle. C’est de la danse libre sur de la musique qui permet de laisser son corps parler. Alors je m’y suis essayé. Et là Ça a été le début d’un déluge d’Émotions. Pendant plusieurs jours je n’ai plus pu m’empêcher de pleurer à chaudes larmes pour un petit peu tout et pas vraiment n’importe quoi.

À force de pleurer je réalisai ce pourquoi je pleurais les blessures très anciennes refaisaient surface et des mécanismes que j’avais accepté me semblaient maintenant inacceptables. J’étais en train, en acceptant ma peine, de dire au revoir, j’étais en train, en versant mes larmes, d’accepter le re nouveaux. Alors j’ai écrit, j’ai écrit des lettres, au passé, au présent au futur j’ai écrit les lettres à mes amours à mes amis à mes enfants. J’ai écris des lettres que j’ai partagé que je garde est beaucoup que j’ai effacée.

En fait depuis un mois c’est peut-être 20 ans depuis lesquels j’ai appris à taire, à ignorer la tristesse, parcequ’elle me semblait être une émotion pas assez noble, que j’exprime… C’est vous dire si j’en ai versé des larmes!!

Mais après la tristesse, la joie s’est installée.

Et me voilà aujourd’hui prête à ce renouveau prête à vivre pleinement, prête à vivre la joie plus fort que je ne l’avais jamais vécue. Mais aussi prête à vivre toutes mes émotions avec l’attention d’une mère pour ses enfants.

Aujourd’hui je sais que je ne pourrai plus jamais faire marche arrière. Il y a un mois, peut-être car mes mécanismes étaient les mêmes qu’à mon départ. Mais aujourd’hui mes mécanismes ont changés, mes peurs ne sont plus enfouies, mes tristesses ne sont plus cachées. La joie déborde et j’ai l’impression que la vie explose.

Depuis que j’ai compris que je ne ferais plus jamais marche arrière, j’ai accepté que je réaliserai tous mes rêves que je ne cacherais plus qui je suis. Et depuis lors des portes s’ouvrent, des rencontres s’imposent et des propositions arrivent. C’est incroyable comme la vie jaillit quand on se laisse couler sur ses flots.

Voilà donc la raison de mon silence, je disais en revoir, je laissai s’envoler et je laissai couler.

Aujourd’hui c’est le début de ma deuxième vie celle où j’ai compris que je n’en avais qu’une.

Et aujourd’hui j’ai comme une envie de croquer dans la vie, de lui sourire , en vrai de vrai!!

Aujourd’hui c’est le début de mon nouveau moi celui qui a compris qu’il était beau, qu’il avait le droit d’exister. Je vais apporter ma personnalité au monde, mettre de la joie, de la bienveillance, et l’utopie d’un monde meilleur dans le coeur de tous ceux et celles qui croiserons mon chemin.
Car je suis née en pour ça. Comme chaque être humain, comme toi.

 Je suis née pour vivre et je vivrais.

Je vis.

Crédit photo by myself et pixabay.

Un commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *