Maman arrête de se sacrifier.

Il y a deux type de personnes sur terre:

Ceux qui pensent qu’être mère c’est merveilleux

On est forcément heureuse quand on est maman. Bah oui si on a deux charmants enfants, un homme adorable et un job qui nous plait que demander de plus hein?? Ha ces insatisfaites je vous jure…

Mais comment être une maman comblée ?
Mais comment être une maman comblée ?

Et puis il y a les autres:

Ceux qui pensent qu’être mère c’est se sacrifier

C’est s’oublier, c’est ne plus vivre que pour sa progéniture, sa famille, son cher et tendre… Bah oui les maman qui prennent soin d’elles ont forcément toutes une troupe de nany, femme de ménage et mangent des plats à emporter tous les soirs!!!

Cliché cliché cliché…. Si la vie était aussi simple ce serait tellement triste. Et tellement déprimant!!!

Moi il y a quelques années je faisais partie de la première partie des gens. BAH OUAI elle a tout pour elle!!! De quoi elle se plaint?

Je ne comprenais pas les mères en dépression.

Je ne voulais pas les comprendre en fait. J’avais passé de nombreuses années à tenter de rendre ma mère heureuse , en vain ( du moins c’est ce que je croyais). Elle avait toujours ses accès de tristesse. Je ne comprenais pas. J’étais gentille, j’avais bien compris qu’il fallait être sage et studieuse pour limiter ses angoisses… Je faisais de mon mieux. Mon père aussi (ça c’était mon point de vue hein) et mes frères bah… Fallait pas qu’elle s’inquiète, c’était la jeunesse.
BREF je ne comprenais pas de quoi elle se plaignait!!! Dans ma petite tête de jeune fille de 15 ans j’avais toutes les réponses.

Papa travaillait tard? Pas le choix il est patron et s’il veut que sa boite tourne.. Et bla bla bla.
Des problèmes d’argent? Ça va, on va pas être ruiné en quelques semaines, papa trouvera une solution!! Rolala trop d’angoisse faut qu’elle décompresse hein!
Mes frères expérimentent quelques substances… ? Ça va c’est pas de la drogue dure non plus faut relativiser.
Ma chambre n’était pas rangé ? Rooohh mais qu’est ce que ça peut bien lui faire hein??

Bref vous voyez j’avais réponse à tout et j’étais persuadée que définitivement elle se rendait malheureuse pour rien.
ET PUIS …

Vous vous en doutez, je suis devenue mère…

Quand maman change de camps:

Et là!!! Bah j’ai changé de camps. Hop j’ai retourné ma veste. Même pas sortie de la maternité que je pleurai comme une madeleine.

Les jours suivant c’était pas mieux. J’étais triste.
Pourquoi? Bah je sais pas vraiment en fait. Triste pour tout.
Mais en fait j’avais mes raisons hein!! Bah oui j’étais pleine d’angoisse. J’avais le droit non? Mes démons du passés refaisait surface, j’avais peur, une peur terrible de tellement de choses. Alors bien-sûr c’était pas ma faute tout ça!!!

Ah mon cher environnement qui faisait tout pour me pourrir la vie.

Ma mère m’avait fait une remarque sur mon poids alors même que je n’étais pas encore sortie de la maternité… Non mais quel toupet!!! Et moi qui venais juste de donner la vie, un acte merveilleux…
Mon compagnon travaillais très tôt le matin et ne se levait plus après minuit pour être en forme au boulot!!! Non mais quel goujat je vous jure! Et moi qui allaitais notre fille….
Mes copines n’avais d’yeux que pour ce merveilleux bout de choux!!! Non mais sérieux, et moi qui ne pouvait plus sortir boire un verre avec elles!!!

Et moi et moi et moi …

Vous connaissez la chanson non?

Et si vous étiez responsable de votre bonheur ?
Et si vous étiez responsable de votre bonheur ?

On se la chante toutes cette chanson!! Pourquoi?
Parce qu’on fait des sacrifices!!! Ou du moins on agit dans l’intime espoir que tout le monde remarquera à quel point on est merveilleuse, gentille, douce, attentionnée….
Mais oui mais non en fait. C’est pas comme ça que ça marche justement.
Tu m’étonne que j’étais au quatrième dessous.
Si je n’étais pas une mère heureuse c’est parce que j’étais passé en mode : je vais tellement me sacrifier pour ce nouveau rôle que tout le monde me trouvera merveilleuse et j’en serai la plus heureuse des femmes.

Bah oui parce que sinon comment on est censé s’épanouir en tant que maman???

Et ben pas comme ça.
J’ai essayé ça ne marche pas.
Ma mère a essayé ça ne marche pas!!!
Je suis sur que vous essayez mais ça ne marche pas.

Alors STOP!!! Stop on arrête tout!!!

On arrêtes de leur faire leur linges, de ramasser les couverts tombé juste à coté de leur chaise, de faire à manger seule absolument tous les soir pendant qu’ils jouent ou que monsieur travail encore. On arrête, on arrête on arrête.
Parce que faire tout ça ne nous donne pas le droit d’exiger quoi que ce soit de leur part.
Ni qu’ils rangent la maison à l’instant précis que l’on a décidé, ni nous faire milles compliments sur la propreté de la maison, sur la qualité des repas si bons et si équilibrés… Et ça ne leur donne pas une interdiction formelle de nous dire que nos cheveux sont ternes, que nos yeux sont froissés, que nos fringues sont has been, que nos bras pendouillent, que notre ventre est flasque…

Bref je crois que là on a bien cerné.

On arrête et on agit. Pour SOI !!

Sans négliger les autres bien-sûr. En tout cas c’est ce que j’essaie de faire tous les jours, et je ne me suis jamais sentie aussi heureuse.
Aujourd’hui je vous écrit de Brighton ( magnifique ville au bord de mer a 1h de Londres) où je suis seule, sans mes filles, sans leur père, sans copine, seule. Et je ne culpabilise pas une seule seconde de ne pas être avec mes princesses. Ça ne me rend pas triste un seul instant. Parce que je sais qu’elles sont entre de bonnes mains, aimée, choyées, et que moi je prend le temps nécessaire pour moi et pour construire notre nouvelle vie.

Je pourrais jamais me diriez vous?? Mais si vous pouvez!!! Vous pourriez en tout cas.

La dernière question est comment?

Prendre du temps pour soi, arreter de se sacrifier, arreter de penser qu'avant "on doit" "on devrait" ou "il faudrait"...
Prendre du temps pour soi, arreter de se sacrifier, arreter de penser qu’avant « on doit » « on devrait » ou « il faudrait »…

Comment j’ai fait pour laisser tomber mes ressentiments contre ma famille entière? Comment j’ai arrêté de me conforter dans les blessures de mon passé? Comment?
Et bien en commençant par m’estimer, me juger capable de rebondir, en étant bienveillante avec moi et avec les autres.

En cessant de voir les autres comme des persécuteurs mais comme étant comme moi à la recherche du bonheur.

En apprenant à communiquer autrement, en exprimant mes sentiments mes émotions et mes besoins.

En demandant les choses plutôt qu’en attendant qu’elles arrivent à moi.

En arrêtant de me sentir obligée de me sacrifier, en laissant tomber les « je devrai » « il faudrait  » et autre obligations que je m’imposais persuader que c’était là le seul moyen d’être estimée comme super maman.

En étant dans la positive attitude et en m’écoutant tout simplement.

Ma grand mère m’avait dit un jour

 les psy c’était pour les riches, on avait pas le temps d’être tristes nous à notre époque. »

J’avais trouvé ça un peu too much à l’époque mais elle avait tellement raison. On peut passer une vie entière à se plaindre sur un sofa. Ou alors on peut agir chaque jour à se construire une vie dont on est fière, qu’on aime et qui nous épanouie.
Merci maman, merci mamie… Vous êtes de grandes femmes qui m’ont tellement appris sur la vie.

Alors,et vous, dans quel camps êtes vous ? Laissez moi vos commentaires

3 commentaires

  1. Salut Lucie,

    Merci pour cet article !! Je me sens moins seule 🙂
    J’avais un peu comme toi des idées sur la famille, les enfants… Mais après quelques années passées à me chercher, et un bébé surprise à 40 ans l’an dernier, aujourd’hui je savoure, de temps en temps, le plaisir de m’occuper de moi, et de donner un petit pot tout prêt (bio quand même :-)) sans culpabilité !!
    Sandrine

    1. Bonjour Sandrine et merci pour ton commentaire. Et oui c’est tellement important de prendre soin de soi, tout autant que de prendre soin d’eux. Alors pas de culpabilité tu as bien raison !!!!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *