Mon truc pour ne plus déprimer.

Vous en avez vous des moment où tout vous semble aller de travers? Des jours où une mauvaise nouvelle teinte le reste de votre journée en gris noir?

Je parle de ces coups de mous qui nous mettent de mauvaise humeur, nous rendent soit mutique soit bouguons selon notre penchant.
Ce sont ces passades pendant lesquels ont est persuadés que le monde s’écroule autour de nous et que rien ne pourrait ni être pire, ni s’arranger.

Le premier PIer de Brighton, la jetée à brulé deux fois. La première ils ont reconstruit. La seconde ils ont pu limiter les dégâts...
Le premier PIer de Brighton, la jetée à brulé deux fois. La première ils ont reconstruit. La seconde ils ont pu limiter les dégâts…

Pendant longtemps j’ai été sujette à ces fluctuations d’humeur selon la météo de mon environnement.

Etrangement je ne suis pas comme la plupart des gens angoissée par les problèmes d’argent ou la recherche d’emploi par exemple. Non, moi je suis plutôt du genre radical niveau émotion.
Étant ado j’étais du style à rester me morfondre sous la couette après avoir fais le plein de financiers et de glace à la moindre crise amoureuse.
Plus tard j’ai été angoissée devant le moindre obstacle durant la réalisation d’un projet. Je ne tergiversais pas. C’était l’horreur, le grand drame, la grande tristesse de ma vie mais les murs se dressaient contre moi et je ne pouvais rien faire. Il ne me restait qu’à abandonner pour limiter les frais, la casse, le dos courbé, les épaules baissées mais au fond rassurée de me dire que « je n’avais pas le choix » ou « ce n’était pas de ma faute, moi j’ai tout essayé » ou  » si ça veut pas, ça veut pas » ….

Il faut dire que niveau dramatisation j’ai été à la bonne école.

Des difficultés financières dans l’entreprise familiale ? « Oh mon dieu mais comment va t on survivre? » 

Une fois même on m’a mis en garde sur l’importance de demander a rester avec mes frères si la DASS venait nous chercher. On m’avait aussi expliqué qui seraient les messieurs qui viendraient nous prendre nos meubles, peut être un jour…

Mais personne n’est jamais venu nous séparer de nos parents, ni prendre nos meubles…

Alors j’ai fini par mettre un sens sur le mot exagération.

Quand l'écume m'atteint j'ai deux chois : me laisser submerger ou rejoindre la rive.
Quand l’écume m’atteint j’ai deux chois : me laisser submerger ou rejoindre la rive.

Et en fait les états dépressifs on en a presque tous et ça se manifeste souvent comme ça.

C’est comme si on regardait les problèmes avec une loupe, en mode grossissant puissance 50. Alors forcément vu sous cet angle ils nous semblent insurmontables, on se dit qu’on aurait mieux fait de disparaitre plutôt que d’avoir à affronter ce colosse.

Attention petit bémol, je ne parle pas de la dépression qui est une maladie qui dure bien plus longemps…
Je parle de ces bas que l’on connait tous, qui ne durent pas sur la longueur mais qui nous font, et font, passer, à nos proches, des journées infernales d’angoisses, de pleures, de cris parfois, ou de mutisme comme je l’ai déjà dis.

Donc moi avant j’étais sujette à ces variations. Et puis un jour…

j’ai décidé que les aléas extérieurs ne me gâcherai pas mon beau temps intérieur.
J’ai opté pour l’écoute active de MA météo. Et ce, même, face à des problèmes d’argent, face à des difficultés techniques (genre le flippe de ne pas trouver un logement en Angleterre alors que ma petite famille arrive la semaine prochaine par exemple)

Non moi j’ai décidé que c’en était assez.

Si c'est une musique de manège dans mon coeur, pourquoi la faire taire?
Si c’est une musique de manège dans mon coeur, pourquoi la faire taire?

Comment? Quand? Pourquoi ?

Parceque jai vu les yeux de mon enfant, un jour, face à mon angoisse. J’ai vu que les sentiments se partageaient, les émotions se propageaient même sans qu’aucun mot ne sorte de ma bouche. J’ai vu que ma fille, aussi jeune soit elle, lisait mes peurs dans mes yeux.

Et si maman ou papa ont peur, il y a vraiment lieu de s’inquiéter.

Alors voilà je me suis demandée…

  • M’inquiéter va t-il m’aider à surmonter l’épreuve?
  • Pleurer me permettait-il de trouver une solution?
  • Expliquer aux gens combien mon cas était désespéré me rendait-il le sourire?

 

  • Non
  • Non
    Et
  • Non

Mais si m’inquiéter ne me sert a rien pour avancer pourquoi je ressens une telle émotion?

Alors j’ai lu. Quand je ne sais pas je m’informe.
Vous connaissez les émotions destructrices?

Je vous conseil la lecture de ce bouquin sur le sujet. Il est dense mais tellement riche d'enseignement.
Je vous conseil la lecture de ce bouquin sur le sujet. Il est dense mais tellement riche d’enseignement.

La peur et la colère me direz vous?
Et bien oui mais non.

La peur et la colère ou la tristesse sont des émotions de survie. La peur nous aide a nous protéger d’un danger, la tristesse fait naître l’empathie chez l’autre et nous aide à nous inscrire dans un groupe et la colère nous aide a faire fasse à une injustice et ressert les liens au sein d’une communauté ralliée à une même cause (par l’empathie justement)

Mais ces émotions primaires ne sont pas censées durer milles ans, ni même une journée!! Ni même une heure en fait

Une émotion est une information qui nait en nous suite à un stimuli. Par exemple le stimuli « main qui claque un enfant » me fou en rogne. La colère monte en crispant mes muscles, en crispant mes poings et mes épaules, en me donnant envie de crier, de taper l’autre en face de moi qui a osé porter ce coup et prendre dans mes bras l’enfant meurtrie (oh quand meme faut pas abuser me direz vous? Et ben non je n’abuse pas justement, mais ceci est une autre histoire). Bref la colère me donne envie d’agir.

Et je suis CENSÉE agir!!!!
C’est à ça que servent les émotions (aussi difficiles à vivre soient elles)!! Et si on agissait en accord avec elles et bien on ne les ressentirai pas aussi longtemps, on ne resterait pas blotties sous notre couette à nos dire que la vie est trop difficiles, NON!! Les émotions partiraient heureuses d’avoir été entendues.

MAIS… Que faisons nous????

On se tait quand on est en colère,

on se cache face à la tristesse,

on renie notre peur!!

AH oui c’est beau sur papier d’être un super héros qui ne se mèlent pas des conflits de son voisin même s’il tape sur sa femme et ses gamins, d’être un GRAND Homme qui ne se laisse pas anéantir par ses émotions, d’être une personne forte et courageuse qui marche sans peur dans le métro, la nuit…

Mais ce n’est pas naturel, ce n’est pas normal. Et à force d’asceptiser nos émotions on ne les écoutent plus, on ne les comprends plus.

Cacher ses émotions, les renier, quel drôle de système de défense avons nous mis en place contre un système interne qui n'est là que pour notre survie et notre bien être...
Cacher ses émotions, les renier, quel drôle de système de défense avons nous mis en place contre un système interne qui n’est là que pour notre survie et notre bien être…

Mais elles sont là, elles existent et c’est là qu’elles deviennent destructrices!!

Quand elle ne sont pas écoutées.

Parce que pour entrer elles sont prêtes à tout!!

Et nous, trop peu habitués à les écouter, quand elles entrent comme ça a grand fracas on file se cacher sous la couette en attendant qu’elles partent…

Alors moi j’ai décidé de leur prêter une oreille attentive, à mes émotions!!

Et j’ai décidé d’agir selon elles. Je ne me cache plus en attendant qu’elles partent. Je leur offre un bon thé, m’assoit confortablement et j’écoute.

La semaine dernière la peur est venue prendre le thé. Je l’ai écoutée et je lui ai demandé si face à notre problème on devait fuir ou nous battre. Sa première réponse à été fuir. Puis je lui ai dit que la déception viendrai aussi prendre le thé si on choisissait cette option. Alors on a choisi le combat pour que ce soit plutôt le courage et la persévérance qui se joignent à nous. Peur est restée quelques minutes maximum, jusqu’à ce que je décide de ma réaction face à son information.

Aujourd’hui j’agis au quotidien pour faire face à ce problème qui ressemble plus à un futur miracle car une fois que je l’aurai surmonté, cet obstacle, je me dirai  » whaouuu je suis vraiment pleine de ressource!!  »

Dès que j'aurai trouvé notre nid douillet promis je saute comme Kaëla!! Je ne réprimerais pas ma joie ni ma fierté.
Dès que j’aurai trouvé notre nid douillet promis je saute comme Kaëla!! Je ne réprimerais pas ma joie ni ma fierté.

Et voilà comment je ne suis plus sujette à ces passades, mauvais jours, moments de déprime… Cela ne m’arrive plus. Pas plus de quelques minutes en tout cas.

Et vous comment accueillez vous vos émotions? Avant qu’elles ne deviennent destructrices?

Un commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *