Retour d’une maman heureuse

Me voilà de retour!!

Il était temps de revenir, je vous l’accorde.
Mais je vous l’avoue, j’ai pris le temps.

J’ai pris mon temps.

Le temps nécessaire pour prendre du recul, pour laisser les choses rentrer en ordre. Et surtout prendre le temps de savoir si j’allais revenir …

Parceque ce blog je l’ai commencé il y a un an avec comme objectif de parler de mon expérience de maman voyageuse, découvreuse des terres et des âmes. Celles des autres et celle que je découvre un peu plus chaque jour… la mienne.

Le voyage est une introspection, tout comme la vie de mère… nous sommes confrontées à nous mêmes face à l’étranger

Parce qu’être mère c’est perpétuellement aller à la rencontre de soi!! Car on est en permanence confrontée à un autre, un étranger, un enfant qui n’est pas une copie conforme de soi. Qui nous surprend, qui nous interroge, qui nous bouscule! Qui nous invite à grandir tout simplement.

Un étranger certes, mais un étranger que l’on connait pourtant par coeur.

Et voyager c’est la même chose. Aller à la rencontre de cet autre qui nous surprend, nous interroge, nous bouscule. Cet autre, cet étranger qui pourtant nous ressemble tant! Qu’on connait par coeur…

C’était de ça dont je voulais parler dans ce blog.

Des femmes, des mères du monde, de moi, de toi, de vous toutes, d’elles toutes!!! Parce qu’au fond, même si on est des étrangères on se connait par coeur vous et moi!!! Les mêmes angoisses, les mêmes difficultés, les mêmes besoins…

Moi, mes besoins, mes envies c’était d’être un peu plus la femme que je pouvais admirer. Je voulais être un peu plus comme dans mes rêves. N’est ce pas ce à quoi on aspire toutes? À devenir la copie parfaite de notre idéale? Un soi magnifié.

Mon vrai moi je suis allé le chercher en voyage. Car la vrai Lucie, la Lucie au summum de son potentiel, elle voyage. Je suis une voyageuse, un esprit nomade, une gypsie… c’est comme ça depuis ma tendre enfance, je n’y puis rien changer!!

Nous sommes une, nous sommes les mêmes, étrangères des quatres coins du globe, nous sommes des mères…

Alors il était là mon blog, une mère, comme vous, à la recherche de son humanité la plus pure, la plus vraie, la plus joyeuse, en voyageant…

Seulement la vie m’a rappelée sur un autre chemin. Je ne le savais pas à ce moment mais elle avait une très bonne raison de me faire pauser mes bagages la vie!! Mais ça je ne le savais pas.
La seule chose que je voyais c’était que mon voyage s’arrêtait… qui étais- je alors si je ne bougeais plus sans cesse? Comment pouvais je trouver mon humanité la plus vraie, la plus pure, la plus joyeuse sans voyager?

Qu’allais je bien pouvoir vous dire si je m’installais dans un appart dans une petite ville de province française??

Alors oui la question s’est posée encore et encore et encore…

Voilà pourquoi je n’écrivais rien. Je ne savais pas ce que je pouvais encore dire!! Je ne savais pas si j’etais encore moi même…

Et puis…

Et puis…

Il y a eut ce jour , cette révélation…

Ce jour là… Je tenais Kaëla de la main gauche, Mila était sur mes épaules, sur mon dos mon sac à main près à explosé de ces petites choses qui ne rentraient pas dans le sac de course que je tenais dans ma main droite.

Alors que Mila caressait mes cheveux avec tendresse et me les mettait sans vergogne dans les yeux, dans le nez, dans la bouche…

Alors que Kaëla me tirait le bras au fil de ses enjambées acrobatiques…

Alors que mon épaule, mon dos, me tirait , me brulait

Alors que l’extrémité de mes doigts semblait prête à se détacher du reste de ma main droite…

Alors là… à ce moment précis… j’ai croisée le regard d’une femme, une mère à n’en point douter, elle n’avait pas d’enfant avec elle mais je l’ai reconnue.  Elle, cette étrangère, cet autre me comprenait, elle me connaissait par coeur. Tellement bien qu’elle m’a adressé un sourir, ce sourire qu’on réserve à ses plus chères amies. Ce sourire que l’on n’offre pas à une inconnue!! Non car elle me connaissait. Je la reconnaissais. Elle me comprenait. Elle avait vécue ça avant moi. Elle était moi. J’étais elle.

Alors ce jour là j’ai su. J’ai su que je reprendrai la plume, ou plutôt le clavier, pour vous écrire. À vous, à moi.

Pour parler de maternité, de parentalité , de féminité, de devenir soi, d’humanité, de rêves à atteindre, de montagne à soulever, d’enfants à élever, de problèmes à surmonter… pour parler d’épanouissement envers et contre tout!!!! Quoi qu’il arrive, de la joie la plus pure qui est là, quelque part en nous toutes !!

Me revoici, tout simplement, avec mes petites aventurières, pour de nouvelles aventures

Alors me revoici, j’espère que vous allez bien, que vous avez milles rêves à exhausser, j’espère que vous êtes prêtes à laisser jaillir l’envie de vivre, la joie la plus simple, votre humanité la plus pure, la plus vraie.

J’espère vous lire dans vos commentaires, dans vos messages

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *